Un document pour apporter des pistes pour ces élèves qui ont une mémoire de travail fragile, notamment la plupart des élèves avec un trouble dys.

Qu’est-ce que la mémoire de travail ?

La mémoire de travail est une mémoire qui permet de maintenir des informations sur un temps court, et d’effectuer des manipulations sur ces informations.

Voici des exemples en classe où la mémoire de travail est sollicitée :

Quand une consigne est donnée : maintenir en mémoire cette consigne tout au long de l’exercice.

Lors du déchiffrage d’un nouveau mot : décoder la première syllabe d’un mot, puis décoder la syllabe suivante tout en maintenant en mémoire la première syllabe.

Lors de l’écriture d’un texte : écrire au fur et à mesure ses phrases tout en maintenant en tête le plan de son texte.

Lors d’une multiplication posée : réaliser les calculs intermédiaires, tout en maintenant en mémoire à quelle étape du calcul posé on se situe.

 

Quelques liens pour réactualiser ou enrichir ses connaissances sur la mémoire

https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/memoire

Intéressant à lire si vous avez besoin d’une “remise à jour” de vos connaissances

sur la mémoire en général et sur le fonctionnement du cerveau en lien avec les

différentes mémoires.

 

https://www.taalecole.ca/memoire-de-travail-et-strategies/

Une description du lien entre les troubles des apprentissages et la mémoire de

travail. Il y a également des exemples d’aides mises en place à partir de cas

d’élèves précis.

 

https://drive.google.com/file/d/1MXlMQHMjD_KQJqkzVf6eKcnmzaut3mjS/view?usp=sharing

Des informations très complètes sur la mémoire de travail à l’école : une description

notamment du développement des différentes composantes de la mémoire de

travail, et le lien entre mémoire de travail et mémoire à long terme.

 

[Neuromythe] Peut-on muscler le cerveau ?

Ce document relativise les progrès en mémoire de travail par des entrainements intensifs spécifiques et ciblés : il n’y a en effet dans les recherches actuelles pas de consensus sur un effet à long terme (et transférable) d’un entrainement décroché sur la mémoire de travail.

Comment aider les élèves avec une mémoire de travail fragile ?

Le principe est d’aménager le travail de l’élève pour réduire l’impact de son trouble : les aides proposées vont donc s’orienter vers une réduction de la charge cognitive pendant les tâches à réaliser.

Adapter la passation des consignes

Les conseils ci-dessous peuvent être réalisés pour l’ensemble de la classe, en ayant en tête les élèves qui présentent des difficultés de mémoire de travail :

  • Re-situer systématiquement le contexte de l’apprentissage, faire des liens avec ce qui est connu, ce qui a déjà été travaillé ;
  • Élaborer un rituel pour capter l’attention au moment de la consigne ;
  • Énoncer des consignes brèves : les dire lentement, les faire reformuler ;
  • Présenter les consignes toujours à la fois de manière verbale et visuelle : dire les consignes à l’oral et les écrire. On peut aussi ajouter des schémas, des pictogrammes, mettre des couleurs….

Aider à l’organisation

  • Mettre en place des routines dans son organisation matérielle : ranger les affaires à des endroits précis, sortir son matériel dans un ordre précis…
  • Élaborer pour l’élève un plan des différentes tâches à faire pour un exercice : une liste en colonne (écrite ou avec des pictogrammes) avec des cases qu’il pourra cocher au fur et à mesure de son travail;
  • Mettre en place un tutorat, avec un autre élève qui lui rappellera si besoin la consigne, les aides possibles;
  • Apporter explicitement des stratégies que l’élève pourra réutiliser dans différents contextes. Par exemple : pour l’apprentissage des leçons, « surligner ce qui semble important, réaliser des fiches synthèses, se redire ce que j’ai compris de la leçon sans la regarder » …

Leur apprendre des stratégies d’auto-compensation

  • L’auto-répétition : apprendre à l’élève à répéter plusieurs fois à l’oral une information à garder en mémoire pour un exercice;
  • Les images mentales, les schémas;
  • L’utilisation des aides-mémoire (ex : sortir les tables de multiplication quand on résout un problème, sortir les conjugaisons sous les yeux quand on écrit un texte…);
  • Prévoir des temps de verbalisation avec l’élève pour l’aider à prendre conscience de ce qui a été difficile pour lui dans un exercice, ou au contraire ce qui l’a aidé à maintenir des informations en mémoire.
Aider des élèves avec une mémoire de travail fragile
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *