Je partage ici une co-intervention en production d’écrit réalisée avec Sébastien, enseignant en CE1 à Vaux en Beaujolais.

Sébastien souhaitait travailler autour du petit chaperon rouge.

Nous avons décidé de faire écrire aux élèves des contes inspirés de cette histoire, mais en changeant les éléments suivants :

  • Une autre couleur pour le chaperon
  • Un autre personnage qui fait peur à la place du loup
  • D’autres aliments dans le petit panier
  • Un autre personnage de la famille pour remplacer la grand-mère

A partir de ces nouveaux éléments, les élèves étaient libres aussi de modifier d’autres passages, de renverser les rôles des personnages : à eux de voir quelle liberté ils s’accordaient.

En amont et en parallèle de ce projet d’écriture, sa classe a travaillé en littérature sur plusieurs versions de ce conte, et ceci a participé à enrichir les écrits des élèves.

Voici ci-dessous un descriptif de ce projet, ainsi que les documents utilisés.

 

Planifier son histoire

Nous avons d’abord planifié avec les élèves leurs histoires, afin qu’ils aient une “vision globale” du déroulement de leur conte.

Pour cela, collectivement, nous avons tout d’abord demandé aux élèves de résumer la vraie histoire en symbolisant au tableau les trois lieux par des affiches de couleur :

L’affiche bleu pour la maison, l’affiche verte pour la forêt, l’affiche jaune pour la maison de la grand-mère.

 

Nous avons alors précisé et noté, sous ces affiches, ce qui allait changer dans nos futures histoires, par rapport à l’histoire originale.

Puis nous avons construit collectivement des exemples de planification sur la fiche ci-dessous :

Nous avons précisé et montré aux élèves que cette fiche ne devait pas contenir le texte complet, mais des mots ou groupes de mots (voire des dessins !), pour préparer la “structure” de leurs récits.

Chaque enfant a ensuite réfléchi à son histoire, et a complété sa fiche de planification.

Voici des exemples d’écrits d’élèves ci-dessous :

Vous pouvez télécharger la fiche de planification ci-dessous; Sébastien a choisi de proposer deux présentations possibles en recto-verso, afin que les élèves choisissent ce qu’ils préféraient :

https://drive.google.com/file/d/1fbwpzJlETu_zdAZqtaRxaoXFKL-AAmnH/view?usp=sharing

Si vous souhaitez approfondir le travail sur la planification des écrits, vous pouvez aller lire les deux articles ci-dessous :

Aider les élèves à planifier leurs écrits

Aider les élèves à faire progresser leurs écrits

Écrire et réécrire le début du conte

Chaque enfant a écrit le début de son conte, avec les contraintes suivantes :

  • Raconter le passage où le petit chaperon est chez elle, avec sa maman.
  • Décrire ce que sa maman lui demande;
  • Écrire les paroles et les actions du chaperon.

Le travail a été difficile pour eux : plusieurs textes manquaient de cohérence, ou contenaient des phrases mal construites :

je pense qu’il aurait été intéressant de travailler de manière plus approfondie les textes à l’oral, en amont de la phase d’écriture (c’est d’ailleurs ce que nous avons fait pour les passages suivants).

La séance suivante, nous avons donc décidé de procéder à une réécriture de ce début, sans le premier jet, mais en les guidant avec la fiche ci-dessous :

Il se sont ainsi inspiré à la fois des idées de leur premier jet et des structures de phrases proposées : leurs textes ont vraiment progressé en cohérence, et se sont également étoffés par rapport au premier jet.

Vous pouvez télécharger la fiche de contraintes ci-dessous :

https://drive.google.com/file/d/1cSocOkvANufYu8_AppVeNC7cHklrjKh5/view?usp=sharing

 

Écrire la rencontre avec le personnage qui fait peur

Le premier jet

Nous avons choisi de leur faire écrire le passage de la rencontre avec, cette fois :

  • la fiche de contraintes donnée directement
  • une phase collective orale de préparation plus longue :

Pour la phase collective, il est intéressant que :

  •  l’enseignant montre des exemples de récits oraux de ce passage.
  • quelques élèves racontent ce qu’ils vont écrire aux autres, et que l’on revoit collectivement leur récit en fonction des remarques des camarades.

 

Voici la fiche donnée pour les aider :

Vous pouvez la télécharger ici :

https://drive.google.com/file/d/1VXVkn0kGQ8oCf8YkNR9xHcxqldXkbwcE/view?usp=sharing

La révision

Nous avons choisi ici d’introduire une phase de révision des textes : pour cela, nous avons fonctionné en ateliers tournants, afin d’avoir des petits groupes avec nous.

Chaque groupe a travaillé sur un texte d’élève : nous avions préalablement choisis ces textes, car ils contenaient des points précis à travailler par l’ensemble des élèves.

Les points travaillés ont été principalement les suivants :

  • La compréhension des écrits :

Est-ce qu’on comprend bien ce qui est écrit ? Est-ce qu’on arrive à s’imaginer ce qu’il se passe, à se faire “un petit film” de l’histoire ? Est-ce que ce “film” semble logique, cohérent ?

Pour travailler ce point, nous avons abordé l’ajout de détails au texte, et la suppression ou le déplacement d’un passage.

 

  • La séparation des phrases par de la ponctuation, en supprimant la répétition des “et”.

 

A la séance suivante, ce travail de révision a été repris, mais cette fois individuellement :

chaque élève a révisé son propre texte, avec l’aide des remarques individualisées que nous avions écrites pour chacun.

Les bilans de chaque séance :

Chaque séance d’écriture était finalisée par un temps de lecture de quelques productions d’élèves.

A l’écoute de ces textes, les autres enfants pouvaient :

  • complimenter les textes, parler des bonnes idées. Ils avaient ainsi le droit, aux séances suivantes, de “piquer” les bonnes idées des autres !
  • apporter des conseils au camarade pour qu’il améliore son texte.

Nous avons pu mettre en évidence des techniques intéressantes, dont les élèves pouvaient s’inspirer aux séances suivantes :

S’inspirer d’un passage d’un livre de littérature lu avec le maître (en particulier les livres en réseau autour du chaperon rouge);

Renverser les rôles entre le loup et le chaperon;

Faire parler les personnages;

Décrire les sentiments des personnages;

Mettre de l’humour…

Les élèves apprennent ainsi peu à peu des “techniques d’écrivains” qu’ils pourront réutiliser dans d’autres écrits.

Écrire et réviser la fin

Pour l’écriture de la fin, après leur avoir présenté les contraintes d’écriture, nous leur avons tout d’abord demandé, dans la phase collective :

  • de “se raconter dans leur tête” ce qu’ils souhaitaient écrire
  • de raconter ensuite à voix basse leur récit à leur voisin (inspiré des “turn and talk” canadiens, pour ceux qui connaissent 😉

Cela permet à tous les enfants de préparer oralement leur récit avant de passer à la phase d’écriture.

Voici la fiche de contraintes utilisée pour ce passage de l’histoire :

à télécharger ici :

https://drive.google.com/file/d/1pNYApdvj7ITqbR4RC39uvX5lSpx2er3W/view?usp=sharing

Un exemple de texte d’élève à réviser :

La finalisation du projet

A la suite de ce travail, on peut sélectionner un passage à corriger, au niveau de l’orthographe, la ponctuation…

Je différencie la part à corriger, suivant les élèves, et prends en charge le reste : on peut aussi cibler les corrections à faire en fonction d’un point particulier que l’on souhaite travailler pour toute la classe. Mais il est important, je pense, de ne pas vouloir tout faire corriger par tous les élèves.

D’autre part, étant donné que ce travail aboutit à une lecture aux autres classes de leurs histoires, il est important de prévoir des temps spécifiques d’entraînement à la lecture à haute voix.

 

Voici deux exemples de textes terminés :

Merci à Sébastien d’avoir accepté de partager notre projet !

N’hésitez pas, si vous reprenez ce projet, à partager dans les commentaires les modifications que vous aurez faites 🙂

Une co-intervention en production d’écrits, en CE1 : une réécriture du petit chaperon rouge
Étiqueté avec :

2 avis sur « Une co-intervention en production d’écrits, en CE1 : une réécriture du petit chaperon rouge »

  • 3 juillet 2019 à 22 h 18 min
    Permalien

    super cheminement . on bosse sur le conte l’an prochain , qui sait … on donnera des nouvelles si on se lance et qu’on arrive à proposer quelque chose

    Répondre
    • 3 juillet 2019 à 23 h 35 min
      Permalien

      Avec plaisir !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *