Voici le partage d’un travail en littérature réalisé en co-intervention en CM1-CM2 avec ma collègue Christèle, à Salles Arbuissonnas.

Christèle souhaitait travailler, en parallèle du programme d’Histoire, le roman ci-dessous :

Ce joli roman parle d’un petit garçon Simon et de sa cousine Déborah qui découvrent le passé caché de leur grand-père, pendant la seconde guerre mondiale.

Un jour, dans le grenier de la maison familiale, les deux enfants tombent par hasard sur une ancienne photo de leur grand-père avec une mystérieuse jeune fille, Anna.

Dans la suite des chapitres, ils trouvent son ancien journal intime, à l’époque où le grand-père avait rencontré Anna, en 1942…

Tout au long de l’histoire, Simon et sa cousine se questionnent sur cette “Anna” dont ils n’ont jamais entendu parler, enquêtent… Et les lecteurs découvrent peu à peu avec eux le passé du grand-père, les liens qui l’ unissaient à Anna, le terrible destin de cette jeune fille juive d’origine polonaise…

Il y a dans ce roman des références à la rafle du Vel d’Hiv, c’est pourquoi il est préférable d’aborder cette histoire en parallèle d’un travail en Histoire sur ce thème.

 

Nous avons réfléchi à d’autres manières de faire que le traditionnel : “lecture-questionnaire”, afin de permettre aux élèves de rentrer vraiment dans l’oeuvre, de se questionner, de construire réellement le sens du texte.

Nous sommes allées chercher des inspirations du côté de S. Cèbe et R. Goigoux, mais aussi C. Tauveron pour les écrits de travail et les débats en littérature :

 

A chaque chapitre, nous avons listé ce qui nous semblait important, ce que nous avions envie de “faire passer” aux élèves, et nous avons cherché des activités en lien avec ces objectifs.

Voici ci-dessous quelques exemples d’activités réalisées avec les élèves :

Un arbre généalogique

Dans le premier chapitre, le héros décrit sa famille, présente les personnages de l’histoire.

Les relations sont assez complexes à saisir. Nous avons donc choisi de réaliser un arbre généalogique permettant de visualiser les différentes relations entre les personnages :

Ce que j’ai compris de ce passage : un écrit de travail et un débat

Pour certains chapitres, les élèves ont d’abord listé en quelques minutes les idées qui leur semblaient importantes dans le passage lu.

Nous nous sommes ensuite mis en “position débat” (en cercle), et chacun pouvait s’exprimer sur ce qu’il avait compris, et rebondir sur ce que d’autres disaient : l’idéal est d’intervenir le moins possible, que ce soit les élèves qui se passent la parole. Mais cela demande une habitude des débats en classe, et se construit en fait peu à peu.

Il m’est arrivé aussi d’intervenir si je sentais que les élèves sortaient trop du sujet ou “tournaient en rond », en les guidant, en les ramenant au texte, en les aidant à justifier leurs propos.

Pour les aider les premières fois, on peut au départ guider un peu le débat, et leur proposer des types de formulation au tableau :

Je pense que…

Je suis d’accord avec … parce que …

Je ne suis pas d’accord avec … parce que j’ai lu que …

J’ai remarqué que …

J’ai été étonné de …

 

Ces échanges ont vite été très riches : en effet, contrairement aux questionnaires qui “guident” parfois trop les élèves, les débats leur permettent de vraiment exprimer avec précision ce qu’ils ont compris (ou pas compris !), les questions qu’ils se posent.

En tant qu’enseignant, on se rend réellement compte :

  • des élèves qui ont une compréhension extrêmement fine;
  • des élèves qui au contraire partent vers une interprétation incomplète, voire erronée d’un passage.

C’est très intéressant de les voir justifier, revenir au texte, ou faire référence à leurs connaissances historiques !

Quelques liens sur le débat en littérature :

http://www.cndp.fr/crdp-creteil/telemaque/document/debat-inter.htm

https://cache.media.eduscol.education.fr/file/Culture_litteraire_/05/9/21-RA16_C3_FRA_5_culture_litt_debat_591059.pdf

Et des exemples de débats littéraires dans des classes en vidéo :

Ce dont on est sûr/ nos hypothèses

Ce roman, où un suspense est présent autour du personnage d’Anna (Qui est cette Anna ? Quels liens a-t-elle eus avec le grand-père ?), se rapproche parfois d’une enquête :

Il nous a semblé intéressant à certaines séances de lister dans un tableau :

  • Ce dont on est sûr ;
  • Ce dont on n’est pas sûr, les hypothèses, les questions que l’on se pose.

Cela permet d’aborder ce qui n’est pas “négociable”, et ce qui, au contraire, peut donner lieu à de multiples interprétations.

Voici les affiches réalisées sur plusieurs séances :

Voici ci-dessous un exemple d’écrit d’élève. Nous avions demandé aux élèves d’écrire ce qu’ils pensaient d’une première couleur, puis de compléter d’une couleur différente les idées qu’ils souhaitaient rajouter à la suite du débat :

Ce type de travail est expliqué dans la conférence de C. Tauveron que j’avais citée ici :

Des stratégies pour comprendre : des cartes à imprimer

Ecrire une page du journal du grand-père

A la fin du chapitre 6, les enfants de l’histoire découvrent le fameux journal intime du grand-père, et le chapitre s’arrête là ! Qu’y a-t-il donc dans ce journal ? Que va nous apprendre ce journal sur le grand-père, sur ce qu’il a vécu avec Anna ?

Avant de lire la suite, Christèle a demandé aux élèves d’imaginer une page de ce cahier et de l’écrire. Voici deux exemples d’écrits de ses élèves :

C’est intéressant, à la suite de l’écriture, de lire les écrits à l’ensemble de la classe : on réfléchit ainsi collectivement aux écrits qui sont possibles, et aux écrits qui au contraire insèrent des éléments impossibles, en fonction des détails de l’histoire, de l’époque à laquelle se passe ce roman.

 

Un travail sur les sentiments des personnages

Le chapitre 10 se prête vraiment à un travail sur les sentiments des personnages : au cours du chapitre, les personnages du grand-père et d’Anna passent par différents états émotionnels… et le lecteur aussi.

Nous avons donc choisi, pour ce passage, de compléter avec les élèves un tableau sur les sentiments de ces personnages et les causes à ces sentiments :

Mon avis sur l’histoire

A la suite de la lecture du roman, chaque élève peut écrire son avis sur l’histoire, parler de son passage préféré en justifiant, en citant des extraits, en préparant la lecture à haute voix de certains passages…

Voici un exemple de fiche pouvant servir de support :

 

Vous pouvez télécharger cette fiche ici :

https://drive.google.com/file/d/1vIfLVswH1-yX8VBnF0SR3o9JRp7iwDzO/view?usp=sharing

 

Et voici un exemple de fiche pour les aider à formuler leur avis sur un livre :

https://drive.google.com/file/d/1d6bUmGryk3thhP-24MQDvwg88_EaUVEA/view?usp=sharing

 

Voilà notre partage, ceci n’est bien sûr qu’un exemple de ce que l’on peut faire pour travailler en littérature.

Vous pouvez trouver d’autres exemples de ce type de travail en littérature sur ce site très intéressant :

La littérature sans questionnaire

 

Merci à Christèle d’avoir accepté de partager notre travail 🙂

Une co-intervention en littérature
Étiqueté avec :    

4 avis sur « Une co-intervention en littérature »

  • 14 juin 2019 à 9 h 49 min
    Permalien

    Puisque nos chemins se séparent en cette fin d’année et que tes articles sont très intéressants, nous voilà parmi les inscrits pour continuer à travailler un peu avec toi !!

    Répondre
    • 15 juin 2019 à 17 h 13 min
      Permalien

      Je passerai vous dire des coucous, vous serez sur ma route 😉 Promis !!

      Répondre
  • 15 juin 2019 à 1 h 08 min
    Permalien

    Ravie d’avoir croisé ton chemin et que tu me fasses partager ces expérimentations. Nous essayons aussi de sortir du question réponses … à la manière de naramus👍😉

    Répondre
    • 15 juin 2019 à 9 h 44 min
      Permalien

      Ravie aussi d’être venue travailler chez vous 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *