J’ai répertorié ici du matériel pour aider les élèves à construire ou reconstruire les tables de multiplication. Je me suis en effet rendue compte qu’on a parfois tendance à vite passer à un travail d’entraînement sur les tables, sans prendre suffisamment le temps de comprendre le fonctionnement et les propriétés.

Verbaliser ensemble lors de cette construction les propriétés des tables va :

  • Rendre l’élève autonome lorsqu’il devra retrouver un résultat qu’il n’aura pas encore automatisé.
  • Faciliter l’accès à l’automatisation. En effet, mémoriser de manière active, et faire des liens entre les différentes connaissances aide à la mémorisation

Sur cette question de la mémorisation active en général, vous pouvez lire à ce sujet un résumé des recherches sur la mémoire ici :

https://sciences-cognitives.fr/le-parcours-formation/memorisation/

ou encore dans cet ouvrage :

Verbaliser l’importance de cet apprentissage

Il est important d’aborder avec les élèves la nécessité de connaître leurs tables de multiplication : « Pourquoi est-ce si important de les connaître rapidement ? », « En quoi cela va vous être utile ? », « Quelles sont les situations où l’on a besoin de connaître ses tables rapidement ? »

On peut par exemple faire une affiche, que l’on construit avec les élèves et qui sera complétée au fur et à mesure des semaines.

Cela paraît évident, mais le fait de leur présenter, de discuter avec eux le sens de cet apprentissage va les impliquer beaucoup plus…et va donc faciliter la mémorisation 🙂

Construire les tables

En construisant les tables, on peut aborder :

  • Les propriétés de chaque table, les liens entre les différentes tables.
    • Par exemple : “Pour multiplier par 3, on peut prendre le double du nombre et encore une fois le nombre”; “Multiplier par 4, c’est multiplier par 2, et encore multiplier par 2”; “Les résultats de la table de 5 ont tous 0 ou 5 comme chiffre des unités”, etc.
  • La capacité à retrouver un calcul connu à partir d’un autre dans une même table (par la distributivité, l’associativité ou la commutativité)

La mémorisation se construit ainsi progressivement en lien avec le sens.

Voici ci-dessous des exemples de matériels pour la construction des tables (matériels qu’on pourra réutiliser ensuite si besoin dans les phases d’entraînement et de régulation).

Bien sûr, le but n’est pas forcément de tout utiliser, mais de choisir les matériels qui nous semblent les plus appropriés, et de savoir aussi varier les représentations, pour que les élèves ne soient pas figés dans un seul type de matériel.

Des bouchons et des élastiques

Les bouchons tout seuls pour travailler la construction par itération :

3 fois 5, ça fait “5 + 5 + 5” : ça fait 15 !

 

Retrouver un calcul à partir d’un autre :

4 fois 5, c’est 3 fois 5 et encore 5 (on utilise ici la distributivité)

 

On peut également, quand on souhaite aborder la commutativité, placer des élastiques autour des bouchons :

Si on place les élastiques sur les colonnes, cela fait 3 paquets de 5 bouchons :

Si on place les élastiques sur les lignes, cela fait 5 paquets de 3 bouchons :

Des gommettes autocollantes

J’ai trouvé cette idée sur le site “Math heuristique”, où une enseignante utilise des protections de chaises pour travailler les décompositions des nombres.

On peut partir de l’itération d’une même quantité :

3 X 4, c’est 4, encore 4, encore 4… C’est 12 !

 

On peut retrouver un calcul à partir d’un autre (en utilisant les propriétés de distributivité et d’associativité de la multiplication) :

Par exemple :

L’enfant connaît 5X4, Il cherche 6 X 4 : “ On part de 5 fois 4, et on rajoute 4 : ça fait 24 !”

L’enfant connaît 2 X 8 par coeur, il peut retrouver facilement 4 X 8 : “On prend 2X 8 et encore 2X8, ça fait 4 fois 8, donc ça fait 32 !”

 

On peut également aborder la commutativité :

On a le même nombre de gommettes si on prend 3 barres de 4 gommettes et 4 barres de 3 gommettes :

Le “bâton à calculer”

A partir de cette vidéo :

J’ai construit ce matériel (avec un seuil de porte, du gros scotch, du scratch autocollant), qui permet de travailler sur la construction de chaque table, en développant les liens entre les différents résultats :

 

Voici un exemple avec la table de 4 :

On observe avec les élèves comment cette table est construite, afin qu’ils s’approprient la suite des multiples de 4 :

Ensuite on enlève certains résultats sur le bâton, pour entraîner les élèves à les retrouver à partir des autres résultats :

 

Sur l’autre côté du bâton, on peut mettre les calculs, comme ça le travail peut être auto-correctif :

Combien fait 3 X 4 ? On retourne le bâton et on a le résultat en face :

Animated GIF

On peut enlever tous les résultats, et placer au fur et à mesure uniquement les résultats connus, ce qui permet à l’enfant de visualiser ses progrès :

Animated GIF

Des quadrillages

On peut découper des quadrillages en rectangles pour chaque table.

Par exemple ici pour la table de 4 :

Là encore, on peut manipuler pour mettre en évidence des propriétés importantes qui facilitent la mémorisation, notamment la commutativité.

Et on peut même agrafer ensemble tous les rectangles d’une même table pour avoir à disposition tous les résultats de la table, comme proposé dans le lien ci-dessous :

https://ecitydoc.com/queue/outil-pour-construire-et-memoriser-les-tables-de-multiplication-a-quoi_pdf?queue_id=-1

Lorsque une table a été découverte, travaillée par différents matériels, on peut bien sûr passer à des exercices et des jeux pour s’entraîner, en revenant si besoin au matériel, si on voit que l’élève en a besoin.

Un prochain article traitera plus spécifiquement le travail d’entraînement pour arriver à une automatisation des tables.

Bonnes constructions ! 🙂

Aider les élèves à mémoriser les tables de multiplication : les construire
Étiqueté avec :    

7 avis sur « Aider les élèves à mémoriser les tables de multiplication : les construire »

  • 28 avril 2019 à 15 h 35 min
    Permalien

    Bonjour, j’écris un mémoire master 2 meef, sur l’apprentissage des tables de multiplication, en partant de 3 jeux ( le bouquet, mathsumo et le tableau de pythagore), je teste si un jeu permet de mieux mémoriser. Si vous avez des liens ou des articles, je suis preneuse. Céline, Maitresse e

    Répondre
    • 28 avril 2019 à 18 h 44 min
      Permalien

      Bonjour ! Je ne connais pas le bouquet. Pour mathsumo et le tableau de pythagore, pour moi on est plus dans de l’entrainement à l’automatisation des tables que dans la construction du sens. Je n’ai pas de références particulières sur ces jeux pour savoir si un de ces jeux permet de mieux mémoriser : mais je pense plutôt au contraire que ce n’est pas forcément un jeu qui va être plus intéressant mais l’utilisation de plusieurs jeux, de différents contextes qui va aider à fixer.

      Répondre
  • 28 avril 2019 à 21 h 39 min
    Permalien

    Particulièrement intéressant ton article Julie … Même pour moi qui ai cette fois décroché de la pratique de la classe 😉 …

    @t… alain l.

    Répondre
    • 29 avril 2019 à 7 h 24 min
      Permalien

      Merci beaucoup Alain ! 🙂

      Répondre
      • 29 avril 2019 à 22 h 48 min
        Permalien

        Bonsoir Julie…
        Je viens de relire entièrement ton article … Et ben tu sais quoi ? J’ai tout compris… Et pourtant les maths et moi ça a toujours fait 3 … Bon, y’a prescription maintenant !!!

        J’adore tes bâtons auto-correctifs …
        Est-ce que tu peux me redonner l’adresse pour les gifs animés, ça peut me servir pour mes blogs 😉 …

        @t… alain

        Répondre
        • 30 avril 2019 à 18 h 55 min
          Permalien

          Super ! Si toi tu as tout compris alors c’est bon pour mes élèves 😉
          Pour les bâtons auto-correctifs : c’est une super amie (formatrice math ;)) qui m’a fait découvrir, je la remercie au passage d’ailleurs !
          Pour les gif : je t’ai envoyé un message perso.
          A bientôt !

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *