Je partage ici des pistes pour aider les élèves à améliorer leurs écrits, à comprendre qu’écrire nécessite du temps, des essais souvent imparfaits, des erreurs, des retours en arrière, des réflexions individuelles et collectives…Bref accepter cet espace de construction que peut être l’écriture !

Laisser aux élèves du temps pour construire leurs écrits

Travailler la planification

Beaucoup d’élèves progressent à partir du moment où on leur apprend à réfléchir en amont à leurs idées, à les organiser, mais aussi à prendre le temps de les ré-organiser au fur et à mesure qu’ils rédigent.

J’avais partagé quelques idées pour travailler la planification ici : c’est intéressant de varier les manières d’élaborer et organiser ses idées (listes, dessins, schémas, cartes mentales…)

Une idée de mon collègue Sébastien : pour un projet où les élèves devaient écrire un conte en transformant l’histoire du petit chaperon rouge, nous leur avons laissé le choix entre deux documents pour planifier :

Un élève a préféré utiliser une carte mentale :

Un autre élève a choisi le schéma linéaire avec des flèches :

Pour les élèves qui sont bloqués pour élaborer des idées et planifier :

Je prévois une banque d’images en lien avec le sujet de l’écrit, et je les aide à organiser leurs idées en écrivant des mots sur des post it (pratiques car déplaçables !).

Voici également un exemple de fiche qui peut aider à planifier, où les élèves peuvent faire des allers retours entre une liste, des dessins et le début de la rédaction :

 

Multiplier les écrits intermédiaires

J’ai lu l’année dernière ce livre de Dominique Bucheton :

J’ai testé plusieurs fois, d’après une des idées de cet ouvrage, de faire réécrire leurs textes (ou un extrait) aux élèves, sans avoir forcément le premier jet sous les yeux : l’idée est par exemple de les faire réécrire avec la même consigne à quelques jours d’intervalle, ou avec à chaque fois de nouvelles consignes.

Cette manière de faire permet un réel “épaississement” du texte, un remaniement en profondeur.

Voici ci-dessous un exemple avec une élève aidée cette année (extrait d’un écrit sur une aventure) :

Texte 1

Elles sortent des lianes, elles voient une grotte.

Elles marchent elles ont froid. Elles vont dans une grotte.

Elles ont peur de mourir.

Elles se disent : On n’aurait pas dû y aller.

 

La semaine suivante, je lui ai demandé de réécrire son texte en apportant des précisions sur ce qu’il se passait (pour qu’on puisse mieux se représenter la scène) et sur ce que ressentaient les personnages de l’histoire. Elle a relu son premier jet, puis a réécrit, sans le premier jet sous les yeux :

Texte 2 (réécriture)

Quand elles sortent des lianes, elles aperçoivent une grotte.

Elles marchent et avancent dans la grotte. Elles ont le corps gelé et les mains gelées.

Karine dit : “nous allons mourir ». Elles sont inquiètes,

elles ont peur. Elles voient un tas de glace. Elles glissent sur la glace. Elles pensent qu’elles vont rester longtemps dans cette grotte.

Il fait trop froid. Elles se disent : « on n’aurait pas dû y aller ! »

 

J’ai testé plusieurs fois ce type de réécriture, et j’ai très souvent observé une évolution des textes dans les thèmes, une complexité et des progrès au niveau des détails dans les textes. Mais j’ai vu également la syntaxe et le vocabulaire qui se sont enrichis. On se rend compte qu’en fait, tout est imbriqué, et qu’il y a finalement des interactions permanentes entre l’invention des idées, la planification, la mise en mot, la révision du texte ; que tout ceci n’est pas simplement linéaire mais interagit dans les différentes réécritures.

Pour avoir un aperçu de l’état d’esprit des propositions de D. Bucheton, vous pouvez lire un extrait très intéressant du livre Écrire en ZEP. Un autre regard sur les écrits des élèves de D. Bucheton et JC Chavanne ici :

http://www.cndp.fr/bienlire/04-media/b-biblio03.asp?prodid=42772

(cliquer en bas du document sur le lien “Identifier les nouveaux gestes professionnels”

 

Pour les élèves qui ont du mal à rédiger et élaborer des idées en même temps :

J’utilise beaucoup les enregistrements successifs ou des dictées vocales : cela évite qu’ils soient en “surcharge”.

 

Prévoir des temps d’échanges, de réflexion autour des écrits

J’aime bien, après un écrit, demander aux élèves d’écouter les textes des autres, et de verbaliser les conseils et les bonnes idées qu’ils ont entendus ; en vue de réutiliser ces idées dans des prochaines réécritures.

J’ai une collègue qui demande aux élèves de noter, après écoute de la lecture des autres, les “bonnes idées entendues”, les idées qu’ils souhaitent garder :

Dans le même état d’esprit, sur ce lien d’eduscol :

http://cache.media.education.gouv.fr/file/Ecriture/07/3/4_RA_C3_Francais_Ecriture_ITINERAIRE_591073.pdf

j’ai trouvé l’idée du “carnet des trouvailles” très intéressante : les élèves ont un carnet où ils compilent les bonnes idées des textes écrits par les autres, mais aussi des extraits de textes d’auteurs, pour ensuite s’en emparer, s’en inspirer.

 

Les aider à accepter les traces des essais, des erreurs

Montrer des brouillons d’écrivains

C’est toujours très intéressant de montrer aux élèves des brouillons d’écrivains, d’observer ensemble comment le texte est retravaillé, voire trituré 🙂

On peut aussi observer les différents types de brouillon, les différentes manières de travailler son texte : les brouillons qui sont plutôt sous forme de plans et de petits écrits successifs, les brouillons qui sont au contraire très rédigés et retravaillés directement…

Pour approfondir ce sujet, un lien très intéressant qui parle notamment de la différence des différents types de brouillons :

http://ife.ens-lyon.fr/publications/edition-electronique/revue-francaise-de-pedagogie/INRP_RF137_9.pdf

On peut trouver plusieurs brouillons d’écrivains ici :

http://expositions.bnf.fr/brouillons/index.htm

Donner à voir la révision d’un écrit

C’est important de se donner en spectacle en train de réfléchir sur un texte, puis de réviser avec eux un écrit, d’analyser ce qu’on fait pour réviser un texte : on déplace, on barre, on rajoute, on échange des mots, des groupes de mots, des parties de texte…

Deux vidéos que j’avais vues il y a quelques années et que je trouve intéressantes à ce sujet, sur le site de l’ICEM, où l’on voit la révision collective d’un texte d’élève, étayée par le maître :

https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/3885

(ce sont les deux vidéos sur l’étude d’un texte libre)

Pour les élèves qui ont beaucoup de choses à revoir dans leur texte :

Je sélectionne un passage et je vise un objectif très précis, je prends en charge le reste.

Je prévois des moments de travaux en groupes hétérogènes où d’autres élèves peuvent s’apporter des idées, des conseils.

Je prévois un outil d’aide où je leur écris :

  • des choix de phrases s’ils sont bloqués sur les idées ;
  • des mots, des expressions, des débuts de phrases.

Mettre en valeur les écrits intermédiaires

Je trouve important de conserver les écrits intermédiaires dans les outils des élèves, pour leur montrer les différentes étapes de l’écriture, l’évolution des différents jets : on garde ainsi trace de la construction de la pensée, des retours en arrière, des avancées…

Cela permet aux élèves de faire évoluer leur représentation sur ce qu’est écrire, et même sur l’apprentissage en général : écrire nécessite des étapes, des réflexions individuelles et collectives, des essais… Et ces étapes permettent de construire leur réflexion sur le texte, de l’enrichir.

De plus, les élèves peuvent ainsi avoir un regard réflexif sur leurs écrits intermédiaires, les écrits brouillons, qui ne sont alors plus des objets cachés.

Une bonne idée d’une collègue : utiliser différentes feuilles de couleur pour les différentes réécritures, afin que les élèves puissent visualiser clairement leur progression.

En ce qui me concerne, j’aime bien agrafer les différents écrits intermédiaires en livret, pour que les élèves puissent feuilleter ce carnet d’écrits évolutifs.

On peut aussi conserver ces écrits par des séries de photographies pour avoir une trace de l’évolution dans le cahier de l’élève, comme chez ma collègue Christine :

 

 

Et pour approfondir ce sujet, une vidéo très intéressante qui questionne les diverses utilisations du brouillon :

 

Aider les élèves à faire progresser leurs écrits
Étiqueté avec :    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *