Voici quelques pistes pour aider les enfants dyscalculiques :

Une petite vidéo qui nous éclaire sur la dyscalculie :

Il y aurait 70 définitions de la dyscalculie…

D’après la Dr. Mazeau : « On appelle dyscalculie tout trouble spécifique de l’accès à la numération (ou à un domaine de la numération) générant un retard d’acquisition de 2 années scolaires ou plus chez un enfant d’intelligence normale, scolarisé selon les modalités habituelles. »

Il est intéressant de savoir qu’il existerait différents types de dyscalculie, et suivant le type de dyscalculie, les enfants auront plus ou moins de difficultés sur :

  • Le nom des nombres, leurs lectures et écritures
  • la mémorisation et la maîtrise des tables
  • la maîtrise de l’espace (qui provoque des difficultés dans le dénombrement, les opérations posées, la géométrie)

… mais ceci ne fait pas consensus chez tous les chercheurs :

http://www.unicog.org/docs/DyscalculieGuidedeRessources.pdf

Si vous souhaitez creuser le sujet de la dyscalculie, je vous conseille le lien et le livre suivants :

http://www.circ-ienash67.ac-strasbourg.fr/wp-content/uploads/2014/12/ateliers-strasbourg8-dyscalculie-.pdf

Voici un résumé des pistes pour aider pour les élèves dyscalculiques en classe :

L’aider à planifier, à s’organiser

Eviter les doubles tâches.

Aérer, épurer les supports de travail.

L’aider pour la représentation dans l’espace

Penser à utiliser le corps pour le travail de représentation spatiale.

Logiciel d’aide à la pause des opérations : POSOP

Logiciel en géométrie : géo tracé

L’aider au repérage dans le temps

Utiliser des outils pour matérialiser le temps : programme de la journée écrit, calendriers individuels…

Verbaliser les temps de travail, les montrer sur l’horloge (par exemple : mettre des gommettes sur l’horloge pour montrer la fin d’un travail individuel)

L’aider à la compréhension du nombre et en calcul

Favoriser les multiples représentations du nombre : en particulier chiffrée et verbale.

Favoriser le travail sur la décomposition du nombre (penser aux réglettes cuisenaire ou aux “numicons”).

Favoriser au maximum le dénombrement de matériel manipulables.

Utiliser un code couleur pour les unités, dizaines, centaines.

Pour les dictées de nombres, lui laisser des outils d’aide à disposition (bande de nombres, cartes symboles Montessori…)

L’autoriser à compter sur ses doigts.

L’autoriser à avoir des outils à disposition : calculatrice, tableau de numération, tables de multiplication….

Des logiciels qui peuvent aider à la construction du nombre :

  • La course aux nombres
  • L’attrape nombres

Des liens pour manipuler de manière numérique (après avoir manipulé avec du vrai matériel, ou en parallèle) : http://micetf.fr/nombres/

Des idées pour travailler la construction du nombre ici.

Guider l’enfant dans une démarche de résolution de problèmes

L’aider à acquérir des habitudes de procédures dans la résolution d’un problème, pour la compréhension de l’énoncé, l’organisation de sa recherche, la vérification de son travail : vous pouvez trouver des outils pour aider à ce travail ici.

Inciter l’enfant à dessiner, mimer un énoncé, pour favoriser la compréhension des problèmes.

Faire la différence entre les choix de l’opération, avec la capacité à calculer pour résoudre un problème.

Adapter les évaluations

Réduire la quantité d’exercices, proposer une partie de l’évaluation à l’oral.

Autoriser l’utilisation des aides mémoires.

Laisser du matériel à disposition.

La dyscalculie
Étiqueté avec :    

3 avis sur « La dyscalculie »

  • 23 janvier 2019 à 17 h 40 min
    Permalien

    Merci beaucoup! Nous travaillons sur les dysférences en pôle ressource et cela va nous être très utile.

    Répondre
    • 23 janvier 2019 à 18 h 35 min
      Permalien

      Merci Emeline !

      Répondre
  • 24 janvier 2019 à 15 h 04 min
    Permalien

    Super boulot !
    Bravo et merci de le partager.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *