C’est au tour de Mathilde, enseignante en ITEP, de répondre à nos questions.

Comment décririez-vous votre poste ? Quel est votre rôle?

J’enseigne dans une classe externalisée élémentaire (à l’école de Monsols).

J’ai en charge 7 élèves âgés de 8 à 12 ans. Mon rôle est de les réconcilier avec l’école dans un premier temps, de leur faire acquérir des compétences du socle de connaissances et de compétences, travailler le vivre ensemble fondamental pour grandir sereinement dans notre société, accompagner leur accession à l’autonomie en sachant utiliser les outils mis à disposition..

Qu’est-ce qui a évolué dans votre poste ces dernières années ?

Ce qui a principalement évolué sur les 3 années que j’ai passées sur ce poste est mon investissement dans l’école et les projets inclusifs menés avec les collègues. En effet les temps inclusifs proposés au départ étaient des temps d’inclusion individuels dont le nombre était limité et dont la plupart de mes élèves ne pouvaient pas bénéficier. L’inclusion se limitait donc principalement au temps de récréation.

Aujourd’hui nous avons ensemble développé d’autres modalités d’inclusion de type collective où l’ensemble de nos effectifs sont mélangés et répartis selon les besoins et le niveau de chacun. Ces modalités d’inclusion collective permettent à tous mes élèves de bénéficier de temps inclusifs.

Ainsi chaque élève de ma classe a au moins 4h d’enseignement avec des enfants dit “ordinaires”.

Cela n’est pas encore beaucoup mais je pense que cela devrait encore augmenter dans les années à venir.

Quels types d’élèves accueillez-vous ?

Nous accueillons des élèves présentant des troubles du comportement du type TDA/H, trouble du spectre autistique…

Concrètement, comment se déroulent les journées pour les élèves ?

Les matinées sont principalement dédiées au français et aux mathématiques. Certains élèves vivent ces temps avec des classes de Monsols et se rendent seul en inclusion. Les après-midi sont occupés davantage par des matières telles que histoire, géographie et sciences, chorale, compréhension en lecture et ces temps sont menés en inclusion collective.

Que faites-vous quand vous êtes avec eux ? Quand ils sont en inclusion, comment cela se passe-t-il ?

Pour ma part, je travaille de manière adaptée et très ritualisée le matin en français et en maths avec mes élèves les plus en difficulté. L’après-midi, j’ai en charge un groupe plus important (18 élèves : 3 du DITEP et 15 de l’école de Monsols) et nous travaillons le programme de CM1 en sciences, histoire et géographie. Je mène également la chorale de l’école. Je demande à mes collègues d’adapter pour mes élèves qu’ils accueillent notamment au niveau des écrits et des rendus demandés.

Qu’est-ce que vous trouvez le plus intéressant dans votre poste ?

La proximité avec les élèves permettant de mesurer leurs progrès. Voir progressivement leur joie de réussir et leur plaisir à travailler. Cette manière d’envisager les apprentissages autrement. Les échanges avec de nombreux professionnels, mes collègues enseignants et éducateurs et l’ensemble des thérapeutes qui interviennent auprès des élèves.

Qu’est-ce qui est selon vous le plus difficile ?

De demander aux collègues d’adapter.

 

Merci à Mathilde d’avoir pris le temps de répondre à nos questions !

Petite interview d’une enseignante en ITEP
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *